Semaine des métiers du Nucléaire : « Découvrir une filière d’avenir aux projets enthousiasmants »

Initiée par France Travail et l’Université des métiers du Nucléaire, la seconde édition de la semaine des métiers du nucléaire rassemble plus de 230 événements du 5 au 9 février. Hélène Badia, Présidente de l’Université des Métiers du Nucléaire, explique les enjeux de cette semaine thématique pour une filière « aux projets enthousiasmants ».

Quels sont les besoins en compétences exprimés par les acteurs de la filière du Nucléaire ?

Actuellement, la filière nucléaire fait face à d’importants besoins en compétences en raison du grand carénage des cinquante-six réacteurs existants et des nouveaux projets annoncés par le gouvernement. Nous anticipons environ 100 000 recrutements au cours des dix prochaines années, soit 10 000 par an, couvrant une variété de métiers techniques et scientifiques du CAP au BAC +5. Il est crucial de souligner que les femmes ont toute leur place dans ces métiers.

Le nucléaire est une filière d’avenir avec des projets enthousiasmants : le prolongement de la durée de fonctionnement des installations nucléaires existantes, la construction de nouveaux réacteurs nucléaires avec la première paire d’EPR2 qui verra le jour en Normandie, ainsi que les petits réacteurs modulaires (SMR).

Notre objectif est de recruter les professionnels, femmes et hommes, indispensables pour réussir ces projets de l’ingénierie, du pilotage d’affaires, de la réalisation, dans les domaines aussi étendus que la chaudronnerie, la soudure et la cybersécurité, le génie civil, …

« Il est crucial de souligner que les femmes ont toute leur place dans ces métiers »

Quels sont les métiers les plus recherchées dans la filière nucléaire ?

Ils incluent ceux liés à la prolongation de la durée de fonctionnement des centrales (Grand Carénage), tels qu’automaticien, bobinier, chaudronnier, électricien, fondeur, forgeron, soudeur, technicien maintenance, technicien radioprotection, tuyauteur, et personnel certifié pour les contrôles non destructifs (END-CND).

Les métiers d’ingénierie préparant les nouveaux réacteurs EPR2, comme chef de projet et ingénieur études conception, ainsi que les métiers de construction (génie civil) tels que conducteur de travaux, monteur, coffreur-bancheur, dessinateur-projeteur, projeteur génie-civil/projeteur BIM, sont également recherchés. Tous ces métiers sont bien entendu à mettre au féminin aussi !

 

Découvrez tous ces métiers sur le site de l’ Observatoire de la Métallurgie

Quels sont les objectifs et les temps forts de la Semaine des Métiers du Nucléaire ?

C’est un moment qui fédère tous les acteurs de la filière, de la formation et de l’emploi. Il vise à développer l’attractivité de nos métiers, à faire la promotion de nos métiers et des formations qui y mènent. Nous sommes tous mobilisés pour susciter des vocations et faire briller les yeux de tous les publics, y compris les jeunes filles !

Au total 230 événements sont organisés dans toute la France pour favoriser les rencontres entre les publics en orientation, reconversion et recherche d’emploi. Ils mettront en lumière des méthodes de recrutement novatrices, à l’instar de la méthode de recrutement par simulation (MRS). Elle offre la possibilité de recruter sans CV, en se basant sur des tests d’habiletés.

Ces événements comprennent également des visites, des témoignages de salariés, des opportunités de mise en relation avec des entreprises et des sessions de job dating.

L’UMN et l’Association des Pôles formation UIMM ont signé en novembre un partenariat. En quoi est-il important pour la filière ?

Cet accord renforce notre coopération avec les Pôles formation UIMM, déjà partenaires dans la création et l’adaptation de formations menant aux métiers du nucléaire. Ce partenariat amplifie la dynamique engagée dans les territoires pour attirer, former et recruter les ressources nécessaires. Il facilite le déploiement de l’offre de formation en alternance et continue, notamment le dispositif de coloration des formations « Passeport Nucléaire ». Ce dispositif intègre des modules d’enseignement nucléaire dans des formations techniques transverses menant aux métiers en tension et sera déployé au sein des Pôles formation UIMM.

L’UIMM est aussi un ambassadeur de la filière et contribue à des actions de promotion de nos métiers.

Pour aller plus loin