L’industrie : the place to work !

L’industrie recrute et a de nombreux atouts pour séduire une génération de jeunes talents de plus en plus volatils, en quête de sens et d’épanouissement professionnel. Mais cette conquête ne saurait se faire sans prendre la mesure de ces nouvelles attentes.

44%, c’est la part des chefs d’entreprise industrielle qui déclarent avoir des difficultés à recruter. Chaque année, 120 000 recrutements sont prévus dans nos entreprises, avec un besoin croissant de profils technophiles, pour accompagner l’arrivée des technologies numériques. L’industrie a besoin de jeunes pour accélérer sa transformation.

L’industrie 4.0 : une opportunité

Trois leviers s’offrent à elle pour les attirer : le besoin de sens, l’épanouissement dans le travail et la prise en compte de l’environnement. La bonne nouvelle, c’est que, traversée par le numérique, l’industrie a toutes les chances d’être « the place to work ».

Les nouveaux modèles d’affaire effacent les frontières entre industrie et services et de nouveaux métiers émergent en phase avec les compétences innées des nouvelles générations (data scientist, technologue, programmateur, roboticien…). Les modes d’organisation du travail changent et favorisent le travail en réseau, la responsabilisation et le collectif. Le « test and learn », qui devient la norme dans les modes d’innovation, favorise la créativité et l’entreprenariat, valeur chère aux millennials. La notion de série laisse place au « sur mesure » tandis que les tâches réservées aux humains sont de moins en moins répétitives. L’artisan et le technicien « technophiles » ont plus que jamais leur place dans l’industrie du futur.

Le futur est dans l’industrie

Si l’on rajoute à ces évolutions la capacité de l’entreprise industrielle à intégrer l’environnement et à s’ancrer dans son territoire en donnant du sens à son action, le futur est dans l’industrie.  A nous de le partager largement, en nous appuyant sur ce que sont et ce que font tous les jours les industriels.

La plupart des entreprises industrielles, en particulier les PMI, n’explicitent pas leurs initiatives et leurs actions en ignorant toute une dimension sociale qui pourrait être valorisée et attirer les talents : la formation, l’apprentissage et l’intégration des jeunes, la qualité du dialogue social, les innovations conduites qui répondent à des attentes sociétales, à des enjeux environnementaux et qui créent de nouveaux usages sociaux.

Elles se privent ainsi d’un puissant levier de communication auprès de leurs parties prenantes et notamment auprès des jeunes. A nous de les aider à révéler cet engagement  trop discret pour nourrir le récit national et l’incarner dans la réalité.

L’industrie a tous les atouts pour attirer les jeunes. Les industriels doivent prendre conscience de la nécessité d’expliciter ce qu’ils font. Nous sommes à leurs côtés pour les y aider et rendre tangible la marque employeur de l’industrie.

Christine Gallot, directeur de la communication UIMM La Fabrique de l'Avenir

 

Pour aller plus loin