L’industrie et l’Europe, un duo gagnant-gagnant 

Le 26 mai prochain, les Français éliront leurs 79 députés européens pour les cinq années à venir. Cette élection aura lieu dans un contexte inédit marqué par le Brexit, la montée de l’euroscepticisme au sein des peuples et l’émergence au sein même de l’Union européenne de gouvernements qui portent de moins en moins les valeurs européennes.

Et pourtant, l’industrie, longtemps délaissée au profit des services, a, depuis quelques années, retrouvé une place dans le discours européen. Aujourd’hui, il est temps de transformer les paroles en actes, de passer du discours à l’action.

Pour aider les institutions européennes à concrétiser cette ambition d’une industrie forte au sein d’une Europe puissante, l’UIMM La Fabrique de l’Avenir a rédigé, avec ses homologues européens de 22 pays, un plan d’action pour stimuler le débat en vue des élections européennes du printemps prochain. Intitulé « 10 axes d’action pour une industrie compétitive au service de l’Europe sociale », cette contribution jette les bases d'une discussion factuelle et propose des idées pour transformer les défis d'aujourd'hui et de demain en opportunités, au service de notre industrie.

Ce plan d’action appelle à :

1 Un vrai débat sur l’avenir de l’Europe, pour permettre une transition réussie vers une industrie et une société numérisées ;

2 Le respect des principes de « subsidiarité » et de « proportionnalité », principes européens de base trop souvent négligés. La réglementation européenne doit reposer sur des besoins réels et être applicable ;

3 Un engagement clair des décideurs politiques sur l'importance de la compétitivité internationale de l'industrie ;

4 Une refonte complète de l'environnement des entreprises et des investissements aux niveaux européen et national qui permette le passage à l’ère numérique ;

5 Un investissement dans la formation professionnelle, parcours d’excellence, et dans les compétences numériques et entrepreneuriales ;

6 La réforme des marchés du travail nationaux pour permettre la digitalisation et l’expérimentation de nouveaux concepts d'organisation du travail ;

7 Le respect de l’autonomie des partenaires sociaux et leur implication dans la politique sociale européenne ;

8 Un programme d'investissement unique et coordonné en matière de digitalisation, assorti d'un "guichet unique" de financement européen pleinement opérationnel ;

9 Le maintien d’une relation commerciale libre et sans friction avec l'un de nos principaux partenaires commerciaux, le Royaume-Uni ;

10 La consultation systématique de l'industrie à tous les niveaux pour trouver des solutions aux problèmes de l'économie réelle.

La mise en œuvre de ces mesures permettra à l’industrie de se développer dans une Europe prospère et compétitive et de créer des emplois de qualité.

Téléchargez l’intégralité du rapport 

Le saviez-vous ?

40%

des dépenses sociales mondiales sont réalisées par les 28 Etats membres de l’UE

90

Mds d'euros sont investis par les industries technologiques et industrielles européennes dans l'innovation

Pour aller plus loin